5 astuces pour prévenir les crises.

Dans cet article, je vous donne ma “méthode” pour calmer votre enfant pendant une crise de, en général, frustration.

Comme il est préférable de prévenir que guérir, voici 5 astuces simples pour limiter ces crises.

 

1. Les courses.

faire les courses avec son enfant

 

Les centres commerciaux sont les lieux à éviter le plus possible. Vous êtes fidèle à une enseigne en particulier? Optez pour le drive.

Entre la foule, le stress ambiant (n’oubliez pas que les enfants sont des éponges), les couleurs, la lumière, la musique, les odeurs, le bruit, etc. Votre enfant ne sait plus où donner de la tête!

 

Vous préférez le marché? Allez y tôt afin d’éviter la foule et, idéalement, accompagné(e).

Sachez également ce que vous voulez acheter pour sélectionner les stands (et faites des économies au passage).

 

Vous n’avez pas le choix? Confiez à votre enfant une mission :

  • Mettre les fruits dans les sacs et/ou les peser
  • Valider le code carte bleue (ou donner l’argent)
  • Mettre les articles dans le caddie (s’il est dans le siège)
  • Regarder le catalogue
  • Porter un sac ou trainer un panier à roulettes/ sac cabas.

N’hésitez pas à lui parler et à chantez également ou… à le nourrir (le fameux morceau de pain ou un fruit (après pesage évidemment!)).

 

Privilégiez les magasins bio, ils sont petits et moins agressifs niveau couleur ainsi que les heures creuses pour éviter… le monde en caisse.

 

2. Des muscles en mouvement.

 

éviter les crises bouger pluie

 

Tout humain a besoin de bouger quotidiennement… même quand il pleut.

Sortir au parc, allez chercher du pain, promener le chien, laver la voiture, jouer à la balle, etc.

 

En se libérant de ses tensions, votre enfant augmente sa capacité de concentration et devient donc plus patient (de 2 à 3 secondes, youpi!).

 

N’oubliez pas le muscle régulièrement oublié : le cerveau.

Jeux de concentration, faire de la peinture, cuisiner, chanter, etc.

 

Utiliser le cerveau utilise beaucoup d’énergie.

Privilégiez une tâche à la fois afin de ne pas surstimuler ce muscle qui peut se retourner contre vous en quelques secondes.

 

Pendant votre ménage, n’hésitez pas à mettre votre enfant à contribution :

  • il se sentira utile
  • il apprendra les règles de vie de famille
  • il vous laissera quelques instants de répits

 

faire le ménage enfant

 

Votre enfant manque de motivation? Si vous pouvez mettre Youtube sur la télévision (via la Chromecast par exemple), je vous conseille la chaine des Titounis.

 

Je ne suis pas favorable à placer un enfant devant un écran de façon passive.

 

Cette chaine vous aidera à apprendre (même à vous oui), les paroles et les gestes des comptines célèbres (et remise au goût du jour pour certaines). La réalisatrice (qui est maman), propose également des chansons de son jus et des petites vidéos de gym enfantines.

 

 

 

 

3. Modifiez votre “non”.

apprendre les limites enfant

 

Combien de fois utilisez vous le “non” en une journée? Combien de fois pouvait il être remplacé par “stop”?

 

Le non sert à refuser une demande. Le stop sert à arrêter une action.

 

Votre enfant souhaite un chocolat alors que vous dinez dans 3 mn : “non” ou encore mieux, “après le repas”.

Votre enfant se sert dans l’armoire pour prendre du chocolat : “stop”.

Votre enfant s’approche trop près de la route : “stop”.

 

Evidemment, sur le papier, c’est très simple. Dans la réalité, c’est autre chose!

 

Petit exercice :

Gardez dans votre poche un stylo et une feuille.

A chaque fois que vous direz non, notez la raison de votre non.

Relisez vous le soir.

En 3 jours, vous aurez déjà constatez des changements.

 

Continuez cet exercice pendant une semaine.

 

 

4. Proposez des activités en lien avec sa période sensible.

 

Une période sensible est une période particulière et limitée dans le temps pendant laquelle l’enfant est inconsciemment et irrésistiblement sensible à certains aspects de son environnement, en excluant d’autres.

Emmanuelle Opezzo, fondatrice de KOKO CABANE et diplômée de AMI (Association Montessori Internationale).

 

 

Selon Maria Montessori, l’enfant traverse 6 périodes sensibles de la naissance jusque 6 ans environ.

Prenez note que l’âge n’est qu’une indication, votre enfant peut être sensible avant ou après l’âge cité.

 

 

La période sensible à l’ordre (dès la naissance).

periode sensible ordre montessori

 

 

L’enfant a besoin de se sentir en sécurité. Vous faciliterez votre vie parentale en instaurant des rituels (avant de manger, de dormir, de sortir, etc…).

Pendant cette période, l’enfant va aimer classer, reconnaitre les personnes sur les photos, ranger (à sa façon), constater qu’un objet n’est pas à sa place.

 

Quelques exercices sécurisants :

  • Trier les objets par couleurs,
  • Ranger les cubes et autres jouets dans leur boite définie,
  • Reconnaitre les animaux et leur cri,
  • Regarder des photos et nommer les personnes.

 

La période sensible au mouvement (18 mois-4ans).

periode sensible mouvement montessori

 

L’enfant est naturellement en mouvement. D’instinctifs, ses mouvements deviendront de plus en plus intentionnels : il développera sa motricité fine (l’usage de ses mains) puis sa coordination œil-main.

En laissant votre enfant découvrir son corps, vous acceptez que votre enfant devienne autonome.

 

Quelques exercices sécurisants :

  • Verser d’un contenant à un autre (sable, eau, semoule, riz, etc.)
  • Nettoyer une table, un miroir, etc.
  • Prendre soin d’une plante,
  • Construire une tour avec des cubes, kaplas, etc.
  • Visser et dévisser les bouchons de bouteilles,
  • jouer à la balle (au pied ou lancer de main en main).

 

La période sensible du langage (2mois-6ans).

periode sensible langage montessori

 

C’est le moment d’exposer votre enfant à sa langue maternelle… et aux langues étrangères! Son cerveau est capable de retenir et de parler plusieurs langues.

Evitez de lui parler “comme à un bébé”, votre enfant comprend les mots.

 

Vers 3-4 ans, il sera sensible à l’écriture et aux symboles puis à la lecture.

 

Quelques exercices sécurisants :

  • Dessiner, peindre,
  • Lire des histoires,
  • Raconter sa journée,
  • Expliquer ce que l’on fait (pendant le change, le bain, etc.).

 

La période sensible au raffinement sensoriel (18 mois-6 ans).

periode sensible raffinement sensoriel montessori

 

L’enfant apprend grâce au toucher. Ce sens l’aide à améliorer l’ensemble de ses 5 sens.

En sollicitant les 5 sens, l’enfant va développer la notion d’abstraction et sa pensée logique.

 

Quelques exercices sécurisants :

  • Jouer au loto des senteurs,
  • Jouer aux jeux des paires,
  • Jouer aux puzzles,
  • Deviner le cri des animaux.

 

La période sensible au développement social (2ans-6ans).

periode sensible developpement social montessori

 

Après s’être construit individuellement (fameuse période du non = “je suis une personne à part entière”), l’enfant va vouloir participer à la vie de famille en aidant à son niveau.

 

Quelques exercices sécurisants :

  • Mettre la table,
  • Nettoyer la table, un miroir, etc.
  • Jeter des épluchures, papiers, à la poubelle,
  • S’occuper d’une plante,
  • Donner un objet,
  • Faire à manger,
  • Nourrir les animaux.

A noter : ce n’est pas parce que votre enfant n’a pas voulu ranger ses jouets qu’il faut refuser son aide ailleurs. En acceptant son aide, vous le rendez plus coopératif pour ranger ses jouets à un autre moment.

 

La période des petits objets (1-2 ans).

periode sensible petits objets montessori

 

L’enfant, pendant une courte période, est fasciné par les petits objets à la limite du perceptible.

 

Cette période n’est pas encore parfaitement comprise : les théories fusent autour de la vue et de la taille de l’enfant (je suis petit donc je m’intéresse aux petites choses? Je peaufine ma vue?)

 

Quelques exercices sécurisants :

  • Les jeux qui demandent de la concentration comme le loto (pas les “vraies” règles du jeu),
  • Transvaser des haricots ou lentilles d’un bol à un autre,
  • Mettre des pièces dans une tirelire,
  • Sortir dans la nature et observer les insectes, le sable, la terre, les fleurs, etc.

 

Mettre en pratique.

 

Pendant le repas, votre enfant s’amuse à renverser l’eau de son verre. Il est en train d’expérimenter.

Refusez qu’il le fasse à table et dites lui qu’une fois le moment repas est terminé (et non son assiette terminée), il pourra expérimenter.

 

A vous de tenir parole en proposant une activité en lien avec son besoin d’expérience.

 

Les premières fois, votre enfant fera une crise mais dès qu’il aura compris qu’à chaque besoin de tester, vous lui proposez ses tests à des moments plus opportuns (et rapidement niveau temps) : il vous fera confiance et deviendra plus patient.

 

Petite anecdote.

J’ai prévenu ma fille (elle aura 3 ans dans 2 mois) au matin et au midi que dès que mon conjoint rentrait du travail, on prendrait la voiture pour aller au “parc de la plage”. Elle était prête quand mon conjoint a passé la porte alors que je terminais de préparer le dîner.

 

D’habitude, nous y allons le matin, c’est plus calme que le soir quand il fait très beau.

Là, elle a dû patienter et diminuer son tour de balançoire, attendre que les enfants glissent du tobogan, etc. Parfait pour apprendre la vie en communauté.

 

Plus le temps passé, plus elle tremblait (c’est sa manière de décharger pour éviter les crises de larmes). Je lui ai proposé de rentrer. J’ai eu un “non” ferme.

 

1-2 minutes après, je lui repropose en lui disant que nous revenons au parc demain matin. Elle est descendue de la balançoire et est sortie de la zone de jeux.

 

J’ai appris 2 choses :

    • ma fille commence à comprendre la notion de temps,
    • elle me fait confiance : elle sait que je tiendrais parole.

 

5. S’habiller.

Quand l’enfant souhaite s’habiller, il existe 3 causes fréquentes qui le frustrera :

  • un problème de coordination,
  • un manque de temps,
  • une incompréhension d’un de ses souhaits.

 

Le problème de coordination.

s'habiller seul enfant chaussures

L’enfant veut faire mais n’est pas encore capable de le réaliser.

Pour apprendre, il faut… pratiquer!

 

Laissez lui à disposition des chaussettes (une taille au dessus) et montrez lui avec vos chaussettes comment vous les mettez. Et pourquoi pas lui demander son aide pour les enfiler sur votre pied (+1 confiance en soi/ +1 sentiment d’aider les autres)?

 

Vous pouvez opter pour des vêtements amples afin de faciliter son apprentissage.

 

Préférez des chaussons souples : ils tiennent au pied sans bloquer la cheville (idéal pour marcher librement) et sont facile à mettre.

 

Pour les chaussures, ma fille adore ses bottes en caoutchouc. Elle peut se chausser seule grâce aux anses sur les côtés. Bon, il y a mieux niveau esthétique : je valorise l’apprentissage plutôt que le paraitre, et vous?

 

Pour les chaussures de ville, j’ai choisi la marque Géox pour le souple abordable et costaud.

 

 

 

Le manque de temps.

 

pas le temps enfant

 

 

Evidemment, c’est quand vous devez partir que votre enfant a décidé de s’habiller (mimétisme quand tu nous tiens!) SAUF qu’il ne va pas à la même vitesse que vous.

 

L’heure tourne et vous allez être en retard.

 

Vous entendez déjà les commentaires au bureau, imaginez le vieux qui a décidé de faire un tour en voiture à 15km/h sans que vous puissiez le dépasser, visualisez le monde dans ce bus alors que celui juste avant est moins rempli, etc.

 

Tant pis, vous devez agir quitte à ce que votre enfant hurle.

 

Afin d’éviter cette situation :

  1. Prenez de l’avance : préparer la veille tout ce qui peut être préparé (vêtements, petit déjeuner, affaires scolaire, sac à main, clés, etc.) et réveillez vous 15 mn avant.
  2. Instaurez une règle : tu mets tes chaussettes et je vais t’aider à mettre tes chaussures.
  3. Sollicitez son aide : “peux tu m’amener mes chaussures stp?”, “As tu vu mes clés?” (en les mettant à son niveau comme la table basse par exemple). Incluez le dans la routine familiale comme un membre utile et non comme “un boulet”.

 

L’incompréhension.

crise enfant incompréhension

 

 

 

A force d’être le nez dans le guidon, on oublie les besoins des autres.

 

La mission du matin : partir à l’heure (ou pas trop en retard).

 

SAUF que votre enfant voulait le T Shirt bleu et non le vert, il préférait boire du jus de pomme au lieu du jus d’orange, dans tel verre au lieu de celui ci, etc. Vous avez compris l’idée.

 

Laissez lui des choix anodins pour vous qui représentent beaucoup pour lui.

 

Préparez les affaires avec lui la veille en lui expliquant que ce sont les affaires qu’il mettra demain, après avoir dormi. Les premières préparations peuvent être compliquées (il veut mettre ses vêtements maintenant…) mais c’est comme la confiance, elle s’acquière grâce aux actes. Si vous avez un doute pour la météo, choisissez 2 tenues.

 

 

 

 

Pour résumer :

  • On évite la surstimulation provoquée par les magasins,
  • on bouge tous les jours peu importe le temps,
  • on utilise le “non” et le “stop” à bon escient,
  • on propose des activités en lien avec sa période sensible du moment,
  • on s’organise la veille pour le lendemain matin,
  • on propose des “temps d’autonomie” afin que l’enfant puisse apprendre à s’habiller (entre autre) dans le calme.
  • on considère l’enfant comme une personne à part entière.

 

J’espère qu’au moins une de ces astuces vous aidera dans votre quotidien.

 

gérer les crises heureux

 

N’hésitez pas à partager cet article si vous le trouvez utile et de laisser un commentaire pour me dire quelle astuce allez vous mettre en pratique et/ou à quel moment votre enfant est plus susceptible de faire une crise.

 

Sources :

Le cerveau de l’enfant.

Les périodes sensibles selon Maria Montessori : une définition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commentaire (2)

  • Gwen| 5 août 2019

    Bravo pour cette excellente synthèse !

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *