Les enfants, ces professeurs du bonheur.

A la quête perpétuelle du bonheur, nous oublions que beaucoup de personnes sont heureuses facilement, tellement facilement que ça devient naturelThinking smile

En tant que parent, nous avons la chance d’avoir au moins un professeur à nos côtés (peut être même trop à nos côtés) : notre (nos) enfant(s)!

Evidemment, chaque enfant n’est pas heureux toutes les secondes de sa vie, il passe par des moments (plus ou moins fréquents…) de frustrations qui engendrent des crises de larmes plutôt que de rires : nous ne pouvons pas être heureux tout le temps mais nous pouvons l’être la plupart du temps et c’est déjà un grand pas, non? Smile

 

Pour être heureux, inspirez vous des 5 qualités que tout enfant possède :

 

Soyez créatif :

 

L’enfant, avant l’âge d’environ 7 ans, n’est pas une personne raisonnable (c’est d’ailleurs pour cela que ça ne sert à rien d’essayer de raisonner un jeune enfant pendant une crise de frustration) et c’est pour cette raison qu’ils sont créatifs.

L’idée que l’enfant a en tête ne peut avoir de contraintes techniques ou de faisabilité. Laissez lui de la peinture et il n’y aura pas que sur une toile qu’il libèrera son art!

bebepeinture

 

Quelques idées pour libérez votre créativité :

  • regardez les nuages, que voyez vous?
  • prenez des risques! Comme l’a dit Eleanor Roosevelt : “Faites chaque jour quelque chose qui vous effraie”.
  • concentrez vous sur une chose, si vous jouez avec votre enfant : jouez pleinement sans avoir le téléphone à proximité par exemple.
  • promenez vous dans les bois ou ailleurs! La marche favorise la pensée créative et fatiguera votre progéniture.
  • restez “ouvert” : soyez curieux, écoutez et observez (vos enfants et le reste du monde) et si vous souhaitez parler, c’est juste pour poser des questions.

 

Ayez confiance en vous :

 

L’enfant est désinhibé par nature, il s’en moque de comment il est habillé, s’il a une tâche sur son pantalon ou sur sa façon de marcher.

En nous focalisons sur ce qu’on pense que pense les autres de nous (remarquez la subtilité…), nous nous causons stress et des complexes.

 

Quelques idées pour avoir confiance en soi :

  • prenez le temps de jouer (au ballon dans un parc, aux jeux de sociétés, aux jeux vidéos, etc.…)
  • devenez insouciant en vous interrogeant sur l’importance des problèmes qui vous tourmentent et dites : ça va s’arranger!
  • Souriez! Le sourire évapore une partie du stress. De plus “un sourire ne coûte rien mais il rapporte beaucoup; il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne” Franck Irving Fletcher.
  • faites confiance aux autres : nous avons tous notre vie et ne passons pas notre temps à juger tout le monde tout le temps. Si vous connaissez une personne qui ne peut s’empêcher de vous juger, diminuer vos contacts… même s’il s’agit d’un membre de votre famille! Vous ne pouvez que mieux vous sentir, je vous le garantis Winking smile

 

Soyez humble :

 

L’enfant, en posant des questions, accepte le fait qu’il ne sait pas (quand il ne le dit pas ouvertement) : aucune honte pour lui, il adore apprendre!

Ce n’est pas grave de ne pas savoir, même en tant qu’adulte, nous ne connaissons pas tout et apprenons toute notre vie que ce soit “sur le tas” ou par des livres, des formations, internet (recettes de cuisine par exemple) etc.…

 

Anecdote, une connaissance raconte une partie de sa nuit passée :

“Sa fille, très curieuse, réveille sa mère et lui pose cette question : “Si la terre est ronde, pourquoi les gens qui vivent de l’autre côté de la terre ne tombent pas?”

Sa mère lui réponds : “je ne sais pas”. La fille rétorque alors : “tu dis ça juste pour que je retourne me coucher!”

Réponse de sa mère : “Non, je ne sais pas, je ne sais pas tout. Papa parle anglais et moi je ne sais pas parler anglais et moi je joue du piano et papa ne sait pas en jouer”.

La petite fille a dit “d’accord” avant de retourner se coucher.

 

Eliminer les préjugés :

 

Nous avons tous des préjugés car on ne peut pas avoir un avis éclairé sur tout, il y a 3 techniques faciles à mettre en pratique pour éviter de tomber dans le piège des préjugés :

  • la méthode “enfant de 5 ans” : se demander sans cesse pourquoi, pourquoi, pourquoi pour creuser le fond de la question : “pourquoi je pense que tel type de personne est comme ceci” (par exemple).
  • la méthode “un préjugé/un ou des contre exemple(s)” : attaquez directement votre cerveau en lui offrant pour une pensée noire une ou plusieurs pensée(s) blanche(s) comme par exemple : “toutes les blondes sont stupides”, non, “cher cerveau” regarde Hillary Clinton, Cameron Diaz, Brigitte Bardot ou encore J. K. Rowling
  • la méthode “voyage” : dégommez vous même les préjugés en vous rendant directement sur le lieu de vos préjugés, en voyant de vos yeux un belge (désolée ami(e) belge) qui ne s’hydrate pas qu’à la bière et ne mange pas que des frites, votre cerveau va faire sa propre logique : on ne met pas tout le monde dans le même sac Winking smile!

 

Emerveillez vous :

 

L’enfant a une perspective différente de nous : il s’émerveille sur des choses que nous, adulte, pouvons trouver banal; et si nous changions notre point de vue et retrouvions nos “yeux d’enfants”?

 

Quelques exemples pour apprécier les choses simples de la vie :

  • les oiseaux : savez vous qu’ils sont la source d’inspiration de création de nos avions, deltaplanes et autres machines volantes? Oui? Ok, combien de types de plumes l’oiseau possède t il? la réponse ici Winking smile
  • les cailloux : il y en a de toutes les tailles, de couleurs différentes, de poids différents, de surfaces différentes… Savez vous que certaines roches ont une composition chimique particulière qui permet à un type précis de plantes de pousser? Pour en savoir plus, cliquez ici.
  • l’eau : elle modifie le paysage, reflète la lumière, n’a pas le même son et nous offre la vie… Vive les bottes et le ciré imperméable!
  • l’humain : la première année du bébé est impressionnante, il grandit à vitesse grand V, communique, mange, se déplace, etc…. Et nous? Parents, nous avons découvert les nuits courtes sans grasse matinée ni répits, l’émerveillement dans un sourire, un “areu”, les angoisses, la responsabilité d’un être dépendant de nous, nous avons trouvé (ou cherchons encore un peu) notre place dans notre foyer et la société. Nous sommes INCROYABLES.

“Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement” Gilbert Keith Chesterton

Que voyez vous? Dites le moi dans les commentaires Smile with tongue out

(ma réponse va vous effrayer Ghost)

nuage

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *