Accueil

Ton enfant va enfin manger des fruits et légumes !

Terminé les pleurs et les cris pendant le repas, les éternels « j’aime pas », « fini ton assiette », « encore 10 petits pois », etc…

Marre de te battre pour que ton enfant mange des légumes ?

Tout le monde le sait : manger des fruits et des légumes est excellent pour la santé. 

Sauf que ton enfant ne l’entend pas de cette oreille.

Et toi, en tant que mère qui souhaite offrir le meilleur à son enfant, tu le forces à manger ces aliments sains.

Mais tu en as marre.

Marre de devoir négocier pour que 3 malheureux haricots verts soient avalés, marre de cuisiner « pour rien », marre de ces repas interminables et bruyants.

Tu en as marre mais tu t’y es fait…

De toute façon, la plupart des enfants n’aiment pas les légumes.

Le tien en fait parti.

Il en mangera bien un jour ou l’autre… 

Et si ce n’était pas le cas ?

En tant que mère qui fait attention à la santé de son enfant, tu continues à le forcer.

Et tu as raison !

Il doit en manger : c’est très important pour son corps (et son état d’esprit).

Comment le manque de légumes a bousillé la santé de mon frère.

J’ai grandi dans ces repas bruyants.

Ma mère répétait sans cesse : « Alex, mange tes légumes ».

Pour contrer l’ordre, mon petit frère avait une autre stratégie : les pleurs.

Et les pleurs mélangés à la fatigue de ma mère (et aux plaintes de mon père…) réussissaient assez en faveur d’Alex. 

Soulagé sur le moment, je pense que si mon frère avait eu le don de lire dans l’avenir, il les auraient engloutis ces foutus haricots verts.

Vers l’âge de 15 ans, malgré ses repas non équilibrés, le physique de mon frère était athlétique. 

Il marchait même sur les mains.

L’obésité infantile ?

Jamais entendu parler !

Un jour, il a commencé à se plaindre de sa jambe, il avait des douleurs derrière le genou.

Comme il était le premier à demander des arrêts maladies pour éviter l’école, et que sa radio n’indiquait rien d’anormale, personne ne le prenait au sérieux.

En y repensant aujourd’hui, il a dû se sentir très seul…

Régulièrement, il se plaignait auprès de notre mère sur-protectrice.

Un jour, elle amena la radio auprès d’un chirurgien du service où elle travaillait en tant qu’aide soignante.

Le chirurgien demanda à voir mon frère pour passer une IRM.

Une fois l’IRM passée, il l’envoya rapidement chez un de ces confrères à Lille : le cas de mon frère était trop compliqué pour lui.

(Pourtant, c’est un chirurgien très réputé !)

Le diagnostic tombe.

C’est un tumeur qui ronge l’os (qui aurait pu se briser du jour au lendemain).

Il faudra attendre l’opération pour savoir la gravité de cette tumeur.

L’intervention est lourde : il faut prendre de l’os de la hanche pour pouvoir « boucher le trou du genou ».

Les mois qui suivirent ont été douloureux pour tout le monde.

Mon frère est en fauteuil roulant.

Il a des injections quotidiennes.

Heureusement, la tumeur est bénigne.

Il a fait attention à ce qu’il mange, afin d’éviter de prendre trop de poids avant la rééducation.

Les légumes, très peu pour lui mais il commence à manger beaucoup de fruits.

Un bon point.

J’aurais aimé finir par une note positive…

Quelques années plus tard, mon frère a retrouvé un physique sportif malgré son problème vis à vis de ses choix alimentaires.

Il quitte le domicile parentale.

Et là, l’obésité lui tombe dessus.

Il ne sait pas cuisiner sainement.

Et la cantine d’entreprise où les frites sont à volonté ne l’aide pas beaucoup…

Mais je sais qu’il va réussir à perdre les kilos que ces articulations auront dû mal à supporter.

Ah si ! je l’ai la note positive !

Oops, tu ne me connais peut être pas donc laisse moi me présenter brièvement.

Je suis Lindsay, maman de deux enfants, une fille de 3 ans et demi et un garçon de 7 mois.

Avant d’être mère, je me suis occupée d’enfants pendant plusieurs années dans la métropole lilloise et à Paris.

J’étais la confidente des enfants de plus de 8 ans qui détestaient être gardés par des étrangères (je t’expliquerai comment j’ai réussi à « amadouer » un qui avait réussi à faire démissionner trois « collègues »), la « servante » des plus jeunes qui testaient jusqu’où mon écoute était à leur service (l’anecdote du bain est ma préférée !) et la continuité de l’éducation parentale.

Je suis fascinée par la psychologie enfantine et pense qu’un enfant doit avoir sa juste place dans la société.

Ni plus, ni moins.

Aujourd’hui, j’aide les parents à facilité leur vie tout en respectant leur enfant.                                                                                          

Ah oui, et je tutoie suite à de nombreuses demandes comme « tutoie moi, je ne suis pas si vielle ! »

Message reçu ! 😀

 

Voici une partie du programme « Carotte et petit pois » : Comment faire manger des légumes à ton enfant sans utiliser le chantage et les punitions :

  • Le blocage numéro 1 de ton enfant face aux légumes et comment le contourner
  • La fausse croyance des parents face à l’alimentation des enfants 
  • L’erreur la plus courante que tu fais peut être avec ton enfant lorsqu’il refuse de goûter un légume ou un fruit.
  • 46 fiches pour apprendre à ton enfant à reconnaître 90 fruits et légumes

Comment recevoir tout ça ? 

Tu recevras immédiatement un mail de bienvenue avec quelques explications sur le programme.

Et à partir de demain, tu recevras un mail tous les matins pendant 7 jours.

Attention ! ça ne veut pas dire qu’au bout de 7 jours, ton enfant mangera des légumes ! 

Il va falloir tester, modifier ton approche, échouer et surtout retenter après avoir essuyé un ou plusieurs échecs (c’est le plus difficile).

Si tu penses que tu risques de perdre ton autorité ou d’être ridicule : ne télécharge pas le programme.

Ne te fais pas perdre du temps inutilement (même si en ce moment, on en a un peu plus que d’habitude…).

Si tu ne te sens pas capable de mettre en pratique des conseils qui peuvent améliorer la santé de ton enfant sur le long terme, je pense qu’il est plus judicieux de partager de bons moments avec lui  😉

Par contre, si tu joues le jeu, ton enfant mangera au moins un légume qu’il refuse actuellement dans le mois.

J’ai hâte de savoir quel conseil portera le plus ses fruits (sans mauvais jeu de mots 😀 ) dans ton foyer !

Je te retrouve de l’autre côté pour améliorer les choix culinaires de ton enfant.

Lindsay.

Découvre mes articles et vidéos :

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Retour en haut